Je me suis fait prendre par Hadopi. Encore… Et ce ne sera pas la dernière ! J'ai reçu le fameux mail du premier avertissement. Pour celles et ceux qui ne l'ont encore pas reçu, pour celles et ceux qui ne le recevront jamais parce qu'ils sont derrière un vpn ou parce qu'ils ne téléchargent jamais rien, le voici in extenso, pour le plaisir de la prose administrative : 


Premier avertissement – Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi)

Dossier  123 45 678 9 012 3

Date : 06 janvier 2015

PRENOM NOM

123 RUE MACHIN CHOSE

12345 LA PLUS BELLE VILLE DU MONDE

prenom.nom@bidule.fr

Madame, Monsieur,

Il a été constaté le vendredi 12 décembre 2014 à 10 heures 08 *, qu’une ou plusieurs œuvres ont été téléchargées ou partagées depuis votre accès à internet, en violation des droits d’auteur. Ces faits peuvent constituer une infraction pénale.

En tant que titulaire d’un abonnement à internet, vous êtes légalement responsable de l’utilisation qui en est faite. L’obligation de surveillance de cet accès est prévue par l’article L. 336-3 du code de la propriété intellectuelle.

Les faits constatés ont été commis avec le(s) logiciel(s)/protocole(s) BitTorrent, transmission, depuis l'adresse IP 123.456.789.012,   attribuée à votre connexion par votre fournisseur d’accès à internet ABCDEF.

Le téléchargement illégal, appelé couramment « piratage », prive les créateurs de leur rétribution et représente un danger pour l’économie du secteur culturel, or il existe de nombreuses offres légales sur internet. Si vous souhaitez des renseignements sur l’offre culturelle disponible en ligne, et notamment les offres labellisées par l’Hadopi, vous pouvez consulter le site internet www.offrelegale.fr.

Il vous est recommandé de prendre sans délai toutes mesures utiles pour éviter une nouvelle atteinte au droit d’auteur. A cette fin, vous pouvez consulter les fiches pratiques « usage et internet », disponibles sur le site internet de l’Hadopi : www.hadopi.fr/ressources/fiches-pratiques qui vous apporteront notamment des informations pour sécuriser votre ligne. Vous pouvez également vous rapprocher de votre fournisseur d’accès à internet.

Si, malgré les avertissements de l’Hadopi, votre accès à internet était à nouveau utilisé pour des mises en partage ou des téléchargements illégaux, vous pourriez, à l’issue de la procédure suivie devant l’Hadopi, être poursuivi(e) devant le tribunal de police pour contravention de négligence caractérisée. Vous risquez alors une amende d’un montant maximum de 1500 € (article R. 335-5 du code de la propriété intellectuelle). Retrouvez toute information utile sur www.hadopi.fr/acces-au-formulaire-reponse-graduee-jai-recu-un-mail.

Vous avez la possibilité de demander des précisions sur le contenu des œuvres qui ont été téléchargées ou offertes en partage et de formuler des observations, en contactant l’Hadopi :

Hadopi - Commission de protection des droits,

4 rue du Texel,

75014 Paris

  • Par téléphone au  09.69.32.90.90 (Appel non surtaxé)

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

 

Mireille IMBERT-QUARETTA

Présidente de la Commission de Protection des Droits de l'Hadopi

 

Annexes

Code de la propriété intellectuelle

*Article L. 336-3 du code de la propriété intellectuelle :

« La personne titulaire de l'accès à des services de communication au public en ligne a l'obligation de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l'objet d'une utilisation a des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d'œuvres ou d'objets protégés par un droit d'auteur ou par un droit voisin sans l'autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu'elle est requise.

« Le manquement de la personne titulaire de l'accès à l'obligation définie au premier alinéa n'a pas pour effet d'engager la responsabilité pénale de l'intéressé, sous réserve des articles L. 335-7 et L. 335-7-1.

** Article R. 335-5 du code de la propriété intellectuelle

I.-Constitue une négligence caractérisée, punie de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe, le fait, sans motif légitime, pour la personne titulaire d'un accès à des services de communication au public en ligne, lorsque se trouvent réunies les conditions prévues au II :

1° Soit de ne pas avoir mis en place un moyen de sécurisation de cet accès ;

2° Soit d'avoir manqué de diligence dans la mise en œuvre de ce moyen.

II.-Les dispositions du I ne sont applicables que lorsque se trouvent réunies les deux conditions suivantes :

1° En application de l'article L. 331-25 et dans les formes prévues par cet article, le titulaire de l'accès s'est vu recommander par la commission de protection des droits de mettre en œuvre un moyen de sécurisation de son accès permettant de prévenir le renouvellement d'une utilisation de celui-ci à des fins de reproduction, de représentation ou de mise à disposition ou de communication au public d'œuvres ou d'objets protégés par un droit d'auteur ou par un droit voisin sans l'autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu'elle est requise;

2° Dans l'année suivant la présentation de cette recommandation, cet accès est à nouveau utilisé aux fins mentionnées au 1° du présent II. 

Données à caractère personnel

Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (articles 39 et 40)

Les données à caractère personnel recueillies par la Commission de Protection des Droits de l'Hadopi sont enregistrées dans le

« système de gestion des mesures pour la protection des œuvres sur Internet ». Vous bénéficiez d'un droit d'accès et d'un droit de rectification de ces données.

Si vous souhaitez exercer ces droits vous pouvez écrire à la présidente de la Commission de Protection des Droits en joignant une copie d'une pièce d'identité à l'adresse ci-dessus mentionnée en précisant sur l'enveloppe : « droit d'accès ». 

*Horaire GMT : l’heure de Paris correspond à l’heure GMT +1h en hiver et +2h en été


Il me faut me tourner vers l’offre légale. Ouais ! Tu l’as vu l’offre légale ? Ridicule. Attendre trois ans pour voir le film sorti ya deux mois et que je n’ai pas pu voir ? Epikoienkor ?

Exemple perso : ma douce et moi, nous sommes très amateurs de musique classique, achetons beaucoup de disques, et allons souvent au concert, et sommes même abonnés à l’opéra. Des chaînes comme Mezzo ou Music TV auraient toute leur place dans notre télé. Mais pour l’avoir, avec mon opérateur internet, il faut que j’achète un bouquet de plusieurs chaînes, 39 exactement, pour 10 euros par mois. A ce tarif, je préfère m’acheter un bon vpn et choisir ce que je vois et écoute.

Alors bien sûr, il y a probablement de bonnes choses dans ce bouquet comme Brava, Histoire et Toute l’histoire, Encyclo ou encore TMC Cinéma et quelques autres. Chaque chaîne coûte en gros 26 centimes d’euro, dix chaînes pour 2,60 €, ça me va.

Mais débourser le moindre argent pour des chaînes comme AB1, MCM, Vivolta, KZ TV, TRACE Sport & Stars, et ma préférée quant au contenu décrit dans les programmes et sur son site internet, E ! Entertainment, certainement pas ! Même à 26 centimes, c’est encore trop cher ! Acheter quelque chose que je ne consommerai pas, c’est absurde ! Viendrait-il à l’esprit de quelqu’un d’aller au cinéma, payer sa place, s’installer confortablement, et partir avant le début de la projection sans voir le film ?

La liste des chaînes et leurs descriptifs (http://www.ariase.com/fr/television/sfr/bouquet-divertissement.html)

Ma chaîne préférée, donc, dans le bouquet de mon opérateur, qui excite mon désir rien qu’à lire les programmes qu’elle diffuse : E ! Entertainment. Voici, chère lectrice, cher lecteur, pour ton édification, le programme complet de la journée du 14 janvier dernier :

  • Les sœurs Kardashian dans les Hamptons (et dans Kardashian, ya karda…) : est-il encore quelqu’un qui ne sache pas qui elles sont ? Ce qu’elles sont ? L’immense vacuité de leurs existences ? Qu’elles sont le produit de leurs intérêts croisées aux intérêts des médias people ?

  • Dr Beverly Hills : série de télé-réalité, immersion dans l'univers de la chirurgie plastique dans le quartier de Beverly Hills en Californie ;

  • E News : les news, en français pour les non anglicistes, les informations ;

  • Celebrity Style Story : décryptage et évolution du style d'une célébrité à travers ses choix inoubliables de coiffure, de maquillage et de vêtements. Quelques une de ces célébrités, toutes indispensables : Kate Winslet, Johnny Depp, Kim Kardashian (encore…), Jessica Biel, Collin Farrell ;

  • The Real Housewifes of Beverly Hills : série de télé-réalité, la vie de sept américaines parmi les plus riches des Etats Unis, relativement influentes, vivant et évoluant dans le milieu bourgeois de Beverly Hills.

  • Le tapis rouge, Live ! Golden Globe 2015 : (copier-coller du descriptif que l’on retrouve sur plusieurs sites consacrés aux séries et à la télé, même sur Télérama) Depuis le tapis rouge, E! assiste à l'arrivée des célébrités aux Golden Globes. Le summum, le nirvana, l’Everest, la quintessence de l’émission qui ne sert à rien : pendant deux heures, chère lectrice, cher lecteur, tu assiste à l’arrivée des stars sur le tapis rouge des Golden Globe, et c’est tout… Comme un pauvre les yeux humides d’envie sur la carte devant un grand restaurant, mais qui ne rentrera pas faute de moyens. Cette émission est sadique, n’amène que de la frustration.

  • Made in Chelsea : série de télé-réalité scénarisée qui suit de jeunes, beaux et riches anglais. La même daube qu’à Beverly Hills, mais avec des jeunes, 20 à 30 ans. C’est vrai, y’en a marre des vieilles emperlousées.

  • #RichKids of Beverly Hills : comme Chelsea, mais à nouveau à Beverly Hills, avec des plus jeunes encore, 18/20 ans. Leurs vies, leurs amours, leurs déceptions, leurs colères… Lu sur www.leblogtvnews.com : « Habitués au luxe depuis leur naissance, le bling bling est leur style de vie. Entre shopping, fête et tweets, leur vie n’est pas de tout repos ! » et « MachinTruc va bientôt réaliser que l’argent ne fait pas le bonheur et que même une table dans le meilleur restaurant n’est pas agréable si l’on est seul ». Ha c’est dur d’être riche…

  • Eric et Jessie : série de télé-réalité. Un célèbre joueur pro de football américain, une chanteuse pop/country, leur vie de couple, les préparatifs de leur mariage, leur mariage. Mais qu’est-ce qu’on en a à f..tre !!!

  • L’incroyable famille Kardashian : toujours karda. Hélas… Citation du pitch de nrj.fr : « Entrez dans la vie de paillettes et glamour de Kim, Khloe et Kourtney Kardashian et du clan Kardashian-Jenner, la famille la plus médiatisée des Etats-Unis ». Ça donne envie ! Bœurk !

  •  En tête à tête avec Giuliana : magazine people du show-bizz, américain bien sûr ! Conversation de la présentatrice avec une personnalité people.

Je te promets, chère lectrice, cher lecteur, il m’a fallu faire des recherches sur internet pour apprendre tout ou presque tout de ces différentes émissions. Et puis tu peux voir que j’ai tenté l’exhaustivité, pour ne rien rater d’important… Mais il n'y a rien  d'important, pas grand-chose à apprendre. Que de vide, que de creux, que de rien... C’est affligeant. Il est vrai que je n’ai pas vu ces émissions, et aucune envie de les voir ne m’est venue à travers les descriptifs.

Ah si ! J’ai vu, grâce à ma fille qui regardait ça tout en jouant sur son pc en échangeant des sms, j’ai vu quinze minutes de The Real Housewifes of Beverly Hills. Quinze minutes… Une éternité… Des bimbos, quinqua voire plus, siliconnées botoxées, riches, très riches, qui montrent ce qu’elles vivent au quotidien, leur « travail », leurs maris, leurs enfants, leurs sorties, leurs loisirs, la vie normale de pétasses, euh... grognasses, (décidément je n'y arrive pas, allez fais un effort !), vieilles peaux (p'tain... c'est dur !), gonzesses de Beverly Hills pleines de pognon dont elles ne savent pas quoi faire (c'est tout ? demande la blondasse au vendeur qui lui présente son manteau le plus cher à 19500 $), pour lesquelles la principale question au réveil est qu’est-ce que je vais bien faire de ma journée...

Exubérance, extravagance, bing-bling, mauvais goût, outrance, vulgarité, dans leur univers tout n’est qu’apparence et compétition : robes, bijoux, maisons, voitures, loisirs, sorties, fêtes, rien n’est fait gratuitement pour le plaisir de le faire, tout est calculé pour rendre les autres envieuses voire jalouses, j’ai revu ma fille quand elle avait cinq ou sept ans, he ben ma robe c’est la plus belle, et ma poupée elle est plus jolie que la tienne, na ! Je me demande si dans leur cas, le qi n’est pas inversement proportionnel à leur compte en banque. Le seul mot que ces femmes m’inspirent : pathétiques. Pauvres petites – vieilles – filles riches…

Et le truc extraordinaire de cette merde : c’est hypnotique ; incroyable, je suis resté comme figé, sans réaction, cerveau anesthésié ; c’est nul à un point, les nanas au centre de ce programme sont tellement loin de l’univers de 99% de l’humanité, et tellement proche en même temps par leur bêtise, leur prétention, leur fatuité. Il m’a fallu me secouer pour me défaire de cette emprise ; P. Le Lay avait raison : la télé ne sert qu’à produire du temps de cerveau disponible pour les annonceurs, la publicité.

Hadopi, le truc à 6 millions d'euro (Article NextImpact) qui ne sert à rien. Hadopi qui ne fait peur qu'à la grande majorité des utilisateurs d'internet qui ne connat rien à l'informatique et aux réseaux. Avec un vpn bien choisi et bien réglé, chère lectrice, cher lecteur, tu ne crains plus rien. Sans parler du DDL (DirectDowload) et du streaming. Et même moi qui viens de me faire prendre pour la troisième fois, je ne crains rien : six mois de patience, pendant lesquels je vais regarder et écouter mon stock de films, séries et musiques, toutes choses que j'efface après usage ; et la prescription s'appliquera, je disparaîtrai des listes, la procédure de réponse graduée repartira à zéro. Et ce sera reparti pour plusieurs mois de téléchargement forcené, pendant lesquels je regarderai et écouterai films, séries et musique, et en stockerai de nouveau pour le prochain mail d'avertissement d'Hadopi et les six mois d'abstinence qui s'ensuivront. C'est pas bien, je suis un voleur. Mais si vraiment on trouvait facilement, et au moins aussi facilement que de façon illégale, si on trouvait facilement et pour pas trop cher tout ce qu'on souhaite voir et écouter, je le ferai.